Il est difficile de parler des temps que nous sommes en train de vivre, avec sincérité et sans crainte que les paroles soient ensuite interprétées selon la convenance du mental humain, celui-ci étant au service des intérêts superficiels du moment.

Il y a un sens religieux de la vie qui cherche son sens caché au vu de la matière, de la nature et de l’homme. Il s’agit de percevoir la présence de l’âme dans tous les êtres vivants, au-delà du mental humain, dans le rappel de chaque instant, de chaque heure et avec la conviction que la finalité de la vie entière n’est autre que le développement de l’esprit humain jusqu’à sa possibilité la plus merveilleuse.

La matière, la nature et le monde moderne actuel, dans son entièreté, s’étalent devant nos yeux pour nous faire oublier l’invisible, en nous attachant à leur beauté. Notre corps nous murmure qu’il est notre unique réalité. Voilà qui sont les tentateurs, les véritables escrocs.

Chercher la religiosité dans la nature, c’est y voir le scénario tracé par Dieu pour que l’âme humaine y travaille. Quant à notre corps, la religiosité est d’avoir la maîtrise sur toutes les faiblesses et, une fois au service de la volonté, c’est d’en faire l’instrument de travail au service de l’esprit qui en est son unique raison d’être.

Le sens de la vie sans religiosité nous mène à la frivolité. C’est frivolité que de voir l’écorce des choses et des êtres sans pénétrer au-delà et ne pas voir que, derrière cette écorce, il y a un esprit qui lui donne la vie. C’est frivolité de penser que si nous, les humains, faisons le plus petit objet en poursuivant un but, qu’il n’en serait pas de même pour la nature et pour l’homme.

Maintenant, nous pouvons parler du sens qu’a la vie pour les étudiants de la gnose, en percevant la gnose ou connaissance comme l’expérience du réel qui est en nous. Il est difficile de vouloir transmettre à un autre être humain, qui n’a pas la moindre inquiétude envers ce qui est transcendantal, le sens religieux de la vie, c’est-à-dire, tourner le regard vers notre propre intérieur sans voir toujours l’erreur et les problèmes chez autrui.

Comme étudiants d’une connaissance rénovatrice et transcendantale, nous avons appris une chose, ce sont les infinies possibilités que l’être humain possède à l’état latent, non tant pour faire de la vie quelque chose d’artificiel à la recherche de facultés paranormales, qui serait ce qui attire le plus dans le monde spirituel, mais bien pour appliquer toutes les possibilités de régénération présentes dans l’âme humaine.

De nos jours, nous voyons partout la souffrance et d’un autre côté, nous voyons aussi les efforts réalisés par des personnes pour ne pas accepter cette réalité et continuer à vivre dans la tromperie d’un monde qui cherche seulement la satisfaction de tous ses désirs. C’est ici que nous sentons que la gnose peut faire beaucoup pour la nature humaine car c’est dans la conscience humaine que nous pouvons avoir encore l’espérance qu’un monde différent soit possible. Nous avons appris cela par expérience personnelle. Quand nous nous regardons avec toutes nos erreurs, nous voyons que le changement est possible, que nous sommes capables d’éliminer ces erreurs.

Nous pouvons affirmer que la gnose d’aujourd’hui, exposée publiquement dans le message transcendantal du V.M. Samael Aun Weor, continue d’être d’une grande aide pour tous les êtres humains qui n’ont pas perdu l’espérance d’un possible monde meilleur malgré tous ceux qui, pour une raison ou pour une autre, veulent cacher la réalité.

Nous ne sommes pas non plus aveugles, nous nous rendons compte qu’au-delà du message transcendantal et régénérateur de la gnose actuelle, ceux qui ont voulu le mettre en pratique ont commis des erreurs, erreurs dont se servent les détracteurs de la gnose

Je voudrais définir le sens de la vie pour un gnostique comme étant le rappel constant de la présence de l’âme dans toutes les facettes humaines et pas seulement dans les questions religieuses. Pour l’artiste, hormis la capacité de créer, il possède la religiosité dans la façon de regarder le monde à travers l’intuition et dans la façon de percevoir le divin au-delà des formes. L’artiste sait que la rose est plus qu’une rose, il y voit le sens de la beauté. Nous trouverions la religiosité dans une science avec conscience. Nous trouvons la religiosité de la vie quand, dans la manière de vivre et de penser, nous cherchons l’Unité au-delà de la multiplicité.

Voilà pourquoi nous comprenons que la gnose est toujours nouvelle et qu’elle se renouvelle dans chaque individu capable de se vaincre lui-même et de briser ses propres limitations en donnant un sens à sa vie, comme le fit le V.M. Samael Aun Weor,.

Lourdes M.
13 février 2012

Publicités